Madagascar : Histoire et Politique

Souvent associée à Alex, Marty, Melman et Gloria, les héros de la saga portant le même nom, l’île de Madagascar n'est pas seulement connue pour ses images de cartes postales au sable fin et aux eaux turquoise mais également pour son passé chargé d’histoire. Ainsi quatre grandes étapes permettent de mieux comprendre pourquoi l’île en est ici aujourd’hui.

 

Le peuplement de l'île 

 

L’origine du peuplement de Madagascar reste assez floue, il existe plusieurs hypothèses et la plus certaine identifie les ancêtres des Malgaches venus d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient au début de notre ère. Des Indonésiens auraient fait naufrage au large de l’île et pénétré sur le territoire il y a environ 1 200 ans.  

 

Ces différentes populations d’origine ont apporté divers éléments comme la culture du riz irrigué et la pirogue à balancier pour les Indonésiens mais aussi la culture sur brûlis et diverses variétés d’arbres et d’animaux (comme les zébus) par les migrants africains. Les arables quant à eux ont apporté la religion musulmane et l’activité de commerce des épices, aromates et plantes médicinales.

 

Les premiers européens à débarquer à Madagascar sont portugais avec Diego Diaz en tête de liste aux alentours de 1 500. Ils ont ensuite introduit massivement au XVIIe s les armes à feu et développer la traite des esclaves.

 

Madagascar est alors un lieu de métissages marqué par les différentes cultures et un carrefour de tous les commerces.

 

 

L'unification de Madagascar 

 

Naissent alors de grands royaumes, au Sud, à l’Est, à l’Ouest et au centre avec pour nous Mahafaly, Sakalava ou encore Antemoro, encore aujourd’hui les descendants des anciens Rois sont très respectés.

 

C’est le roi du Royaume Merina, Andrianampoinimerina, qui impulsa l’unification de Madagascar au XVIIIe s avec l’aide des conquêtes militaires financées par l’Angleterre qui se protège de l’ingérence française.

 

Cependant en 1868, la reine Ranavalona délègue l’essentiel du pouvoir au Premier Ministre qui se consacre à la modernisation de l’Etat. Un code civil est alors rédigé et une administration territoriale est appliquée.

 

 

La colonisation par la France 

 

Au milieu du XIXe siècle, la France et l’Angleterre manifestent un intérêt colonialiste envers Madagascar, c’est en 1883 que la première guerre franco-malgache éclate. Les tensions s’apaisent par la signature d’un traité de paix en 1885 avec une domination française sur l’île. Cependant l’année 1894 marque l’éclatement d’une nouvelle guerre et les deux parties signent alors le traité de protectorat de 1895. A partir de cette date la mission de pacification de Gallieni s’exerce avec brutalité et malgré des tentatives de rébellion, Madagascar devient colonie française en 1896.

Néanmoins le pouvoir colonial français entame en 1901 la mise en valeur du territoire au profit de la métropole. Toutes les ressources agricoles, minérales et humaines malgaches sont mises au profit de l’économie et des besoins de la France. Des Malgaches sont notamment enrôlés pendant la Première Guerre mondiale et ceux qui en reviennent sont souvent contaminés par la grippe espagnole qu’ils propagent sur l’île. Pendant la Seconde Guerre mondiale les troupes britanniques envahissent le territoire ce qui mine le prestige de la France aux yeux des indigènes.

 

A la suite de ces évènements le Mouvement démocratique pour la rénovation malgache tente d’œuvré dès 1946 pour la restauration de l’indépendance. Une insurrection éclate alors en 1947 et se solde par la mort de 10 000 Malgaches. Pour apaiser les tensions l’économie malgache reçoit 57 milliards de francs CFA entre 1947 et 1960 même si par le jeu des banques et des sociétés de navigation les Français tiennent encore l’économie.

 

 

L'indépendance 

 

Madagascar accède officiellement à l'indépendance le 14 octobre 1960. Mais la situation du pays ne va pas en s'améliorant et les mouvements contestataires, grèves, manifestations, révoltes, prennent de l'ampleur avec une révolte des étudiants appuyés par les lycéens et le monde ouvrier, notamment à cause de la présence Française encore trop forte, jusqu'au référendum du 8 octobre 1972 qui voit la naissance de la Deuxième République. 

 

Madagascar crée alors sa propre Banque Centrale, sa monnaie et se retire de la zone Franc. Les dernières troupes françaises quittent définitivement le pays. Mais les résultats économiques sont décevants et les mouvements contestataires reprennent jusqu'à l'accession au pouvoir de Didier Ratsiraka en juillet 1976. Il instaure alors une république de style socialiste, autoritaire, fortement centralisée, basé sur une économie nationalisée avec un parti unique : l’avant-garde la révolution malgache.

 

En 1997, Didier Ratsiraka revient au pouvoir et crée la République humaniste écologique, projet utopiste qui repose sur la conviction que l'homme peut créer une société en harmonie avec les grands équilibres écologiques et que l'économie doit être au service du développement social, la lutte contre la pauvreté étant une priorité absolue. En 2001, les indicateurs économiques sont au beau fixe, avec une croissance du PIB, la confiance des bailleurs de fonds, le développement touristique en hausse. Mais les indices économiques sont bien différents de la réalité et la vie au quotidien. 

 

En 2002, suite à une grave crise politique qui a plongé Madagascar dans une énorme récession économique, c'est Marc Ravalomanana qui devient Président de la République. Il a été réélu sans encombre en 2007. 

 

A partir de janvier 2009 il y a une crise sociale et politique entre le maiore de la capitale et le président qui fait une centaine de victimes. Le président démissionne en 2009, il transfère les pleins pouvoirs à un Directoire militaire composés des hauts gradés de l’armée qui transfère le pouvoir à Andry Rajoelina (considéré comme un coup d’Etat par une grande partie de la Communauté internationale).

Entre 2009 et 2014 il y a donc un régime de la Transition.

En 2013, Hery Rajaonarimampianina est élu premier président de la Quatrième République. Après plusieurs changements dus aux contestations, les élections de 2018 portent au pouvoir pour 5 ans Andry Rajoelina, président actuel de la république de Madagascar.

Le Projet Madagascar

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Twitter Social Icon