La gastronomie, une affaire de famille

Manger est l’un de nos besoins les plus élémentaires. Cela nous permet de vivre mais aussi d’avoir assez d’énergie pour faire du sport à condition de le faire sainement. Aujourd’hui, les adultes ont l’air de faire de plus en plus attention à ce qu’ils mangent, que ce soit en quantité ou en qualité. Ainsi, le nombre de personnes végétariennes ou vegans s’élevait à 5% en 2017 selon un sondage mené par l’institut d’études marketing et de sondages d’opinion Harris Interactive. 10% des Français songent à le devenir et environ 30% de notre population seraient flexitariens -ceux-ci réduisent leur consommation de viande- selon une autre étude menée par Herta. Les français diversifient aussi leurs féculents et mangent davantage de fruits et légumes comme recommandé dans les publicités.

L’ensemble de nos habitudes alimentaires, bien que modulables au fil du temps, sont prises dès le plus jeune âge. Ainsi, il est important en tant que parent d’avoir quelques scrupules avec la nourriture qu’on donne à nos enfants. Comme le montre très bien l’exposition « Je mange donc je suis » au Musée de l’Homme à Paris, les enfants ont peur de l’inconnu. Ils partent alors du principe qu’un aliment qu’ils ne connaissent pas ne sera pas bon. En ce sens, les forcer à goûter de tout semble essentiel. C’est aussi dès le plus jeune âge que le palet se forme et donc, goûter une large variété d’aliments permet ensuite d’en apprécier un large panel. On observe le même phénomène avec les épices. En tant qu’Européens, il est vrai que nous ne sommes pas très habitués à manger épicé et notre palet est ainsi assez sensible. Manger de la nourriture asiatique (indienne, coréenne ou autre) nous donne alors un coup de chaud et nous brûle la bouche. Mais bien évidemment manger épicé, ça s’apprend ! Et le mieux c’est de faire son palet rapidement.

On a vu que le bien mangé s’acquiert au fil des années. Manger équilibré est important pour une santé de fer !

Par exemple, au moins trois fruits et légumes par jour est indispensable. Manger des féculents l’est aussi pour prendre des forces et ainsi aller gambader dans la forêt ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser aujourd’hui, les protéines sont importantes mais la viande n’est pas indispensable. Là encore vous pouvez varier votre alimentation et surtout celle de vos enfants pour qu’ils prennent goût à divers aliments. Alternez viandes rouges (source de diabète) et viandes blanches.

Le poisson ou les œufs peuvent aussi faire l’affaire et se marient bien avec des poireaux par exemple. Vous trouverez également, selon les nutritionnistes, les apports nécessaires à votre bonne forme dans les haricots rouges ou les lentilles.  

Bref, varier les aliments est la clé ! Rendez les plus attractifs pour les enfants en les revisitant grâce à de la panure ou en tartes. Une alimentation saine permet de performer dans le sport ou plus simplement d’éviter un certain nombre de maladies comme par exemple le diabète ou le cancer du foie. De plus, elle permet d’éviter de devoir prendre des compléments alimentaires.

Enfin, manger sainement passe aussi par manger simplement, autrement dit avec des produits de saison et des produits locaux. Les magasins bio ou conceptuels tels que Biocoop ou Naturalia sont de plus en plus prisés par les français ; mais pour des prix plus abordables, n’hésitez pas à vous tourner vers la vente en direct. Conglomération de producteurs ou simple association, elles permettent d’obtenir des produits venant des alentours, pour des prix ne différant pas beaucoup de ceux des grandes surfaces et des produits souvent plus naturels. Bien-sûr, les amoureux de l’avocat ou de l’ananas risquent d’être déçus, mais vous trouverez potimarrons, butternuts ou poireaux pour préparer de bons potages qui feront grandir vos enfants ! En plus, vous soutenez le producteur local, alors quoi de mieux ?

Vous allez me dire : mais entre le travail, les réunions scolaires des enfants et leur bain, comment je trouve le temps de cuisiner ? Et bien ce n’est pas si compliqué ! Investissez dans une cocotte-minute et un four, vous gagnerez beaucoup de temps. Au lieu de facilement trente minutes pour faire cuire des lentilles, vous ne mettrez pas plus de dix minutes. Il en est de même pour des pommes de terre. De plus, grâce à ce fonctionnement, vous n’aurez même pas besoin de surveiller la cuisson de vos potages. Que ce soit en hiver ou en été, vous trouverez toujours des recettes de saison à préparer en dix minutes maximum. Avec ça vos enfants vous prendront pour des supers papas et mamans et vous serez les stars de la cour d’école !

N’oubliez pas, ce n’est pas si compliqué de manger sainement sans perdre trop de temps et surtout cela vaut le coup pour faire de vos enfants de futurs chefs. L’important, c’est d’éviter les excès et surtout de faire attention au quotidien, et je n’écris pas cela seulement parce que c’est noël, on n’a qu’une vie tout de même !

Les P'tits Athlètes

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Twitter Social Icon