Poursuite des missions à Godawari

Déjà la deuxième semaine se termine, et la première rotation des vagues a lieu. Pour le groupe qui a commencé à Godawari, il est temps de quitter le premier centre et de rejoindre Dolakha. Nous avons donc dû faire nos adieux aux enfants vendredi.

 

Cette deuxième semaine a suivi l’emploi du temps de la première semaine, avec de plus en plus de proximité avec les enfants. La barrière de la timidité a été franchie et les rapports sont devenus de plus en plus familiers.

 

Pendant les temps de cours, nous étions leurs enseignants. Nous avons essayé de leur transmettre quelques connaissances qui nous paraissaient essentielles : additions en mathématiques, alphabet en anglais et des réflexes quotidiens comme le brossage de dents et le lavage de mains. Ce n’était pas toujours facile de les intéresser et de garder leur concentration. Mais quel plaisir de les voir progresser au fur et à mesure que les jours passaient !

Nous avons d’ailleurs inventé et appris aux enfants une chorégraphie sur une musique népalaise très populaire : Pitch Road.

Pendant le temps des repas, c’étaient eux qui étaient les plus à l’aise, et étaient ravis de nous apprendre à manger comme eux. Ils ne se privaient pas de rire de nous lorsqu’une bouchée trop épicée nous faisait grimacer !

 

Durant les périodes d’activité, nous étions comme des animateurs de colo. Nous leur apprenions les classiques « 1-2-3-soleil », « l’épervier ». Souvent nous participions aussi, nous retournions quelques années en arrière, pour notre plus grand bonheur. Et parfois, lors des parties de football ou des moments de danse, nous étions simplement comme des amis qui nous donnions à fond ! 

Pour notre dernière journée, vendredi, nous avons organisé des olympiades avec les enfants. Nous avons créé 3 équipes et réalisé plusieurs jeux, individuels ou par équipe. Pour chaque jeu, l’équipe victorieuse remportait des points, et c’est finalement les rouges qui ont remporté les olympiades. Nous avons fini la journée par un goûter avec les enfants en remettant des prix à chacun pour les féliciter de leur journée.

Puis est venu le difficile moment des adieux. Nous savions que l’expérience serait très éphémère, mais les liens se tissent rapidement. Pendant deux semaines, nous avons passé nos journées avec tous ces enfants, nous avons partagé beaucoup de bons moments. Malgré leur bonne humeur, nous pouvions voir le manque d’affection dont ils souffraient et inconsciemment, nous avons voulu leur donner cette affection. Ils s’étaient attachés à nous autant que nous à eux. Alors nos derniers moments ont été marqués par quelques larmes des deux côtés. Mais le sourire sur leurs visages pendant cette journée d’olympiade était la plus belle récompense que nous pouvions recevoir. C’était une manière de nous dire que nous n’étions pas venus pour rien !

 

Maintenant il est temps de rejoindre le centre de Dolakha, où une partie du groupe est déjà présente depuis deux semaines. Pour ce qui est du centre de Godawari, nous laissons la vague 2 prendre le relai et poursuivre le travail que nous avons effectué pendant ces deux premières semaines.

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Twitter Social Icon